Patrick Modiano

MAIS QUI EST PATRICK MODIANO ?

Il est né le 30 juillet 1945, à Boulogne-Billancourt dans les Hauts de Seine. Écrivain français contemporain, auteur d’une trentaine de romans, il a déjà reçu de nombreux prix :

– Le Grand Prix du Roman de l’Académie Française en 1972 pour «Les Boulevards de la ceinture»

– Le Prix Goncourt en 1978 pour «Rue des boutiques obscures»

– Le Prix Nobel de littérature en 2014 pour «l’art de la mémoire avec lequel il a évoqué les destinées humaines les plus insaisissables».

Et pour l’ensemble de son oeuvre :

– Le Prix Prince Pierre de Monaco en 1984

– Le Prix Paul Morand en 2000

– Le Prix mondial Cino Del Duca en 2010.

Voici ce qu’il dit à propos de l’écriture :

» Ce que j’aime dans l’écriture, c’est plutôt la rêverie qui la précède. L’écriture en soi, non, ce n’est pas très agréable. Il faut matérialiser la rêverie sur la page, donc sortir de la rêverie. Parfois, je me demande comment font les autres ? Comment font ces auteurs qui, comme Flaubert le faisait au XIXe siècle, écrivent et réécrivent, refondent, reconstruisent, condensent à partir du premier jet dont il ne reste finalement rien ou presque rien dans la version finale du livre ? Ça me semble assez effrayant. Personnellement, je me contente d’apporter des corrections sur un premier jet, qui ressemble à un dessin qui aurait été fait d’un seul trait. Ces corrections sont à la fois nombreuses et légères, comme une accumulation d’actes de microchirurgie. Oui, il faut trancher dans le vif comme le chirurgien, être assez froid vis-à-vis de son propre texte pour le corriger, supprimer, alléger. Il suffit parfois de rayer deux ou trois mots sur une page pour que tout change. Mais tout ça, c’est la cuisine de l’écrivain, c’est assez ennuyeux pour les autres. »

Entretien dans le Télérama N° 3377 – octobre 2014

Dans son dernier roman «Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier» (Éditions GALLIMARD) il écrit :

« Écrire un livre, c’est lancer des appels de phare ou des signaux de morse à l’intention de certaines personnes dont il ignorait ce qu’elles étaient devenues «.

Voici les titres de quelques-uns de ses romans :

«La Place de l’Étoile» (1968)

«Livret de famille» (1977)

«Rue des boutiques obscures» (1978)

«Remise de peine» (1988)

«Catherine Certitude» (1988)

«Dora BRUDER» (1997)

«Un pedigree» (2005)

Source: Bonjour de France

Anuncio publicitario

Autor: aprendefrancesavecplaisir

Título Nivel Avanzado C.1.2 EOI Málaga

Deja una respuesta

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Salir /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Salir /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Salir /  Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: